Tuesday, October 20, 2009

Report from Canada: Espionage and european infiltration, a Franco-Belgium feminist spy-network at work in Canada


Canadian masculists were victims of a grand style sting operation this summer, something we usually only find in spy novels and detective stories. It all happened in Quebec: infiltration, espionage, the violation of group archives and the ones of the provincial organization: a real mess. A Franco-Belgian feminist organization is at the origin of all this. They sent an agent with a good cover story as a French journalist to conduct a routine interview of Quebec masculist leaders, take some photos of their facilities, and do some filming for a video documentary to be produced for national television. It turned out that Patric Jean was a fake journalist with false credentials, Belgian not French, and a famous movie director at that, producing a feature film length documentary ridiculizing masculists throughout the world. In short, he saw and filmed much more than he was allowed to, and used secret recording devices in the process. However he was discovered as he was almost finished, but could escape unharmed. The disturbing fact is that this director is doubly financed (by his government and the film company for his documentary and by the French ''Chiennes de garde'' for all his expenses in the sting operation), and that he risked nothing or very little in doing this.


LE JAMES BOND YVES PAGEAU PROTÈGE LE QUÉBEC DE LA FRENCH CONNECTION


Du jamais vu dans la courte histoire du féminisme-masculinisme au Québec, une affaire d'espionnage, d'infiltration et de tromperie, mettant en vedette une Mata-Hari de sexe masculin du Vieux Continent, et qui met en émoi tous les militants d'ici, et cause un véritable branle-bas de combat chez l'Après-Rupture et les Gars Content de Pageau. Que s'est-il donc passé? Ils se sont tout simplement fait piéger par un faux journaliste Français. Ils lui ont permis de filmer leur quartier général et leurs lieux secrets, toute leur intimité. En réalité, il s'agissait d'un réalisateur de films et documentariste Belge du nom de Patric Jean qui est lié aux ''chiennes de garde'' françaises. Il a fait le tour du monde pour piéger et prendre pour ''Têtes de Turcs'' des masculinistes du monde entier, qui figureront dans son film ''La domination masculine'' qui sort en novembre prochain en France, en Italie et aux Pays-Bas. Toute l'intimité des masculinistes québécois dévoilée, les accès à leurs archives, bref un embarras de première qui risque de dûrer de novembre jusqu'à l'année prochaine au gré des diverses éditions des ''festival du film'' de par le monde!


Mais la victoire de l'espion n'est pas si claire, car il a été découvert avant d'avoir pu terminer; des gens d'ici ont été prévenu. D'abord qui l'a envoyé et qui sont les commanditaires? Il est assez clair que ceux qui avaient intérêt à sa venue entretiennent des relations soutenues des deux côtés de l'Atlantique. Or, le fait que les Chiennes de garde soient immédiatement soupçonnées, laisse entrevoir que leurs consoeurs du Québec de Sisyphe.org pourraient être dans le coup. Pour John Gisogod d'ailleurs, cela ne fait aucun doute: ''those at Sisyphe.org have a hand in this'' dira-t-il.


Qui a prévenu les gars d'ici, ce qui a empêché le désastre d'être plus total? Deux rumeurs, aussi abracadabrantes l'une que l'autre, courrent ces temps-ci. La première est que quelqu'un de l'internationale antiféministe l'aurait fait. Mais une telle internationale IAF n'est-elle pas un mythe, bien que tout le monde en parle? Après vérification, il ne semble pas qu'une telle société secrète existe vraiment. Alors qui les a prévenu? La conjecture la plus solide semble maintenant indiquer, nous dit-on, que des masculinistes québécois ont été prévenus de la supercherie par une belle féministe française qui serait tombée amoureuse d'un gars de l'Après-Rupture. C'est tout-à-fait invraisemblable et semble tiré d'un roman savon, mais bon, quoi que vaille une information aussi douteuse, il n'empêche qu'on tient maintenant pour certain que la situation a été retournée.


LE PIÉGEUR PIÉGÉ

Aussitôt informés, certains masculinistes québecois ont préconisé le laisser faire dans un premier temps, en se disant qu'ils pourraient toujours se servir de la situation plus tard pour diffuser leur message. Mais certains insistèrent pour piéger immédiatement le piégeur. Patric Jean a donc eu des puces électroniques GPS introduites dans son équipement à son insu, et depuis ce temps, il serait suivi à la trace sans qu'il le sache. Le piégeur a donc été piégé, et l'honneur des gars d'ici serait sauf. Mais tout n'est pas si simple. Patric Jean se méfie maintenant et il ''sent la soupe chaude''. Il aurait déclaré récemment qu'il compte utiliser des gardes du corps lors de sa venue au Québec, car il a peur des masculistes d'ici. Tout ceci n'est pas très bon.


1- En introduisant un matériel électronique espion dans ses bagages, le réalisateur Belge peut justifier l'intervention de la police et mêmes des services secrets franco-belges et aussi canadiens, qui sait?

2- Ceci est peut-être une bonne chose à court terme en créant de l'intérêt, mais quel message retiendra-t-on plus tard de tout cet imbroglio?

3- Si les féministes d'ici et d'ailleurs commencent maintenant à parrainer des opérations d'espionnage à caractère international, qu'est-ce que ce sera la prochaine fois, un commando terroriste?


En résumé et ce que l'on tient maintenant pour certain, c'est que ceux qui ont envoyé l'espion Belge qui prétendait tourner un documentaire sur la condition masculine au Québec sont des féministes bénéficiant de l'aide et de l'infrastructure gouvernementale des deux côtés de l'Atllantique. Les organismes soupçonnés à cause de leurs liens direct avec Patric Jean sont: les ''Chiennes de garde'' françaises, Sisyphe.org (vu aussi ses liens privilégiés avec ces dernières) et l'organisation ministérielle française s'occupant des affaires féminines. Il n'est pas exclu également que le Conseil du Statut de la Femme section Québec et les organismes et ses pendants fédéraux aient eu vent de l'affaire et, sans toutefois aller jusqu'à une participation logistique active, elles auraient pu donner, sinon l'aval au projet, du moins une bénédiction à ses auteurs. Une opération des féministes franco-belges avec l'aide de leur consoeurs canadiennes pour piéger et infiltrer le masculinisme francophone d'ici: les conséquences pourraient être douloureuses pour les deux côtés.


Rick Flashman

No comments:

Post a Comment