Wednesday, November 4, 2009

Report from Quebec: who will become King of the Masculists TWO


John Gisogod and his group issued a formal challenge and presented the management of l'Après-Rupture with an ultimatum. They want to see the former president Gilbert Claes fully reestablished in his post with all powers and privileges before Christmas. They have often alluded in the past that they don't like the president in office Jean-Claude Boucher and want him to step down, ''but since this guy can't take a hint'' said Gisogod recently, ''We will have to issue a direct order''. So, as far as the ultimatum goes, president Boucher has until Christmas to step down and let Claes take his place, but it is advisable that he makes an announcement to that effect pretty soon.


LA SUITE D'HIER


Et Fathers For Justice maintenant? Depuis que l'Après-Rupture a perdu sa place et n'est plus l'interlocuteur par excellence du gouvernement et des média, certains se retournent vers F4Justice; mais ils ne savent pas que sa section Québec ne compte pas vraiment. En effet, la section québécoise est plutôt vue comme une petite succursale sans importance de la multinationale anglo-américaine, un peu comme une petite franchise locale d'un McDo. D'ailleurs, ça ne va pas trop bien chez F4J: ça se chicane, des évictions massives (mise à la porte des mécontents par la direction), et surtout cette direction est depuis quelques temps problématique. La rumeur veut que son président soit comme ceci..., et son assistant comme cela... On voudrait ne pas trop accorder d'importance à la rumeur, mais les dizaines d'expulsés du groupe parlent fort et on les entend partout.


Et Gars Content maintenant? John Gisogod nous confiait hier que malgré le différent qui l'oppose au directeur de la Gazette des Gonzes et les ''échanges virils'' des dernières semaines, ''Pageau demeure le moins pire de la gang. Ça me coûte de le dire, mais il est pas si pire et ça et c'a des fois du sens ce qu'il dit''. Donc, à mots couverts, une admission que Gars Content serait malgré tout ce qu'il reste de plus solide dans le masculinisme québécois. Il n'empêche qu'avec toute cette polémique des deux derniers mois, Pageau et sa Gazette des Gonzes se retrouvent maintenant encore plus à l'avant-plan, et émergent comme la véritable locomotive du mouvement ou de la ''mouvance'' (c'est selon).


BAGARRE AU ROYAUME DES MASCULINISTES


Yves Pageau insistait récemment qu'il ne veut pas de la couronne des masculinistes, cependant, lui et Gilbert Claes seraient des mieux placés pour la ceuillir. D'ailleurs, toute cette fébrilité d'un automne masculiniste chaud a du bon. Le mouvement québécois (ou la mouvance) commencait à s'endormir dans le découragement et la résignation, et oh miracle, il commence à se réveiller et à retrouver l'espoir. Gisogod, un autre prétendant au trône de masculinissime, le dit carrément: ''Je veux être calife à la place du calife, et c'est une lutte à finir entre 3 gangs: l'Auto-Rupture, les Gars contents et Gisogod du Collectif''. Dans son esprit, ce serait: ''un ''free-for-all'' comme dans les anciens matchs de lutte, ''a three men event'' comme ils disaient dans le temps, dans le plus pur esprit du ''Fight Club'' qui est le film fétiche de tous les masculinistes Américains''.


Pageau cependant, s'empresse de calmer les esprits. ''S'il y a eu une bonne chose au cours des dernières semaines, c'est la dénonciation des manigances de Patric Jean et que les militants qui ont été bernés par lui sont un peu vengés, et que l'honneur est maintenant sauf''. Il continue en disant que c'est vrai qu'on s'enlignait vers un automne plate, sombre et gris, et que maintenant, grâce à la controverse, ça bouge, redonne de l'espoir et rend le quotidien moins morne. Les militants attendent maintenant la nouvelle avec trépignation et ne seront pas déçus. Mais cette bagarre et cette course à la couronne masculiniste sont-elles bien nécessaires? ''Oui, absolument'', répond Gisogod. ''À cause des non-alignés''. Les non-alignés, mais qui sont les non-alignés?


Les non-alignés sont en général des hommes publics, des personnalités et des professionnels qui refusent de devenir membres des groupes et des associations masculinistes québécois dans leur forme actuelle. Plusieurs médecins, avocats, hommes d'affaire, politiciens, policiers, etc... pourtant sympathiques à la cause refusent de s'engager tant que, l'AR, F4J et tous les autres n'auront pas fait le ménage. C'est donc pour cela qu'il y aura bagarre et que le Collectif antiféministe reprend du service: pour offrir un vrai choix aux non-alignés. Selon leur dire, ils sont la troisième force au Québec et ils recrutent. Ils ne sont pas des nouveaux venus usurpateurs, parce qu'ils ont une histoire d'activisme qui remonte à 1990 et une présence dans les média qui remonte à 1991. Ils veulent simplement reprendre la place qui était la leur autrefois. Alors, le Collectif revient, ''pour élargir l'évantail des choix pour les non-alignés''. Le chef du Collectif fait même une offre à tous ceux qui on été évincés de F4J ou de l'Après-Rupture, il leur souhaite la bienvenue dans ses rangs. Certains membres du Collectif ont milité à l'époque du légendaire Reggie Chartrand et la philosophie du mouvement garde quelques traces de l'esprit de ce combattant mythique: ''on accepte de discuter gentiment (pendant des heures s'il le faut, et on est très polis), mais quand on voit qu'y a plus rien à faire, ''on les pogne sus l'coffre'', ce qui veut dire en clair que le recours à la force n'est pas exclu pour ces militants magnifiques: ''on leur explique gentiment''.


Nonobstant cette rhétorique belliqueuse, la leçon que nous enseignent ici les non-alignés, c'est peut-être qu'on est pas obligé d'appartenir à l'Après-Rupture ou F4J pour être masculiniste ou militant. Les non-alignés ont sans doute raison d'attendre pour faire leur choix. L'important c'est les idées, se sentir bien, utile, et faire du bon travail. Il y a donc tout autant de bons masculinistes chez les non-alignés, et lorsque tous seront prêts à militer ensemble, cette guerre d'idées entre masculinistes sera donc bien inutile. Mais John Gisogod soupire, et Pageau lui-aussi sans qu'il le montre trop: ''la guerre d'un côté, c'est tellement le fun''. Quelles que soient les causes du Casus Belli, il n'empêche que les vrais hommes (s'il en reste?) n'ont pas peur de choquer l'autre en lui disant un bout de vérité. Et ils peuvent se tromper, oui ils peuvent le faire, et quand ça arrive ils s'excusent. Mais pourquoi un calife? Parce qu'il en faut bien un. Et pourquoi vouloir être calife à la place du calife? Tout simplement parce qu'ÊTRE CALIFE, C'EST LE FUN ça aussi.


ULTIMATUM À L'APRÈS-RUPTURE


John Gisogod et son état-major ont l'intention de servir un ultimatum bien senti à la direction de l'Après-Rupture, lui demandant de démettre de ses fonctions l'actuel président Boucher et d'accueillir en lieu et place son ancien chef Gilbert Claes. Il ne s'agit pas ici d'un putch ni d'un ordre formel, mais d'une ''demande pressante'' à laquelle les Rupturistes auraient tout intérêt à répondre par l'affirmative. En cas de refus, John Gisogod se fait fort de ''leur expliquer les choses''. Le chef du Collectif anti-féministe nous confiait récemment: ''j'aimerais que tout soit rentré dans l'ordre pour Noël''.


LETTRE OUVERTE AUX DISSIDENTS DE L'APRÈS-RUPTURE


Vous voyez bien que vos chefs n'ont pas d'allure. Boucher qui se cache derrière Stathopoulos, qui lui se prend pour un détective après avoir lu trop de romans policiers. Et les deux qui paranoïent à gogo en écrivant à tous les corps policiers du Canada et aux services secrets parce qu'ils voient des complots partout. Votre association toute entière est entachée par les gaffes de ces zozos. Allez-vous laisser Boucher et cie vous faire passer pour ''une gang de Twit'' encore longtemps? Réagissez bon Dieu, et foutez-nous ça à la porte!


John Gisogod
Rick Flashman
Giskhan
Lucien Gauvain
Alfred Rosenheim
JC Rochfort
Garry Novak
et les autres du Collectif Anti-féministe

No comments:

Post a Comment