Wednesday, December 2, 2009

THE SYMPTOM OF A QUEBEC SICKNESS 2


Clearly Marc Lepine is a symptom of something else, of a malaise: a Quebec sickness that one does not immediately recognize then it is like the hidden part of an Iceberg that lies under water. There is first the fall in the birthrate that threatens to make French Québec disappear in a few generations, the Independance movement that has already lost two referendums and holds no real hope of seeing an independant Quebec in this century, the Quebec male who felt like a colonized ''untermensch'', the French Canadian matriarchy that saw the rapid victory of feminism, the absence of a true nationalism (Québec is simply a place where people live: nobody salutes the flag here, no one is ready to sacrifice himself or to die to defend the homeland. On this historical background Marc Lépine becomes a revealer of many things hidden. He is only a symptom of a deadly Quebec sickness.


MARC LÉPINE: LE SYMPTÔME D'UN MAL QUÉBÉCOIS


Le Mal Québecois consiste en plusiers choses. D'abord la dénatalité qui fera disparaître le Québec, et dont on parlait beaucoup dans les années1980-1990 (les cris d'alarme de Jacques Henripin et Lise Payette en 1988), mais personne ne veut rien faire et on se cache le problème. Ensuite, un nationalisme tellement peu violent que toute la campagne terroriste du FLQ n'a fait que deux morts en deux générations. C'est un nationalisme tellement faible qu'il n'a jamais mis au pas le féminisme, ni mis la natalité à l'ordre du jour des priorités et des urgences nationales.


La laïcisation massive en peu de temps avait déjà fait perdre au peuple Québécois beaucoup de ses repères culturels; ici, la révolte contre la religion a créé une première mondiale: c'est le seul peuple qui, dans les annales mondiales, peut se vanter d'avoir réussi à s'auto-déraciner presque complètement. Alors, bien sûr, l'indépendance ne vient pas et ne viendra jamais (après deux référendums où ça a échoué), et ce dont le féminisme est directement responsable (la dénatalité et surtout le fait que personne ne voudrait voter en faveur de l'instauration d'une république socialiste-féministe génératrice de pauvreté).


D'ailleurs, l'homme québécois qui était déjà un colonisé triplement soumis: à l'occupation anglo-saxonne, à la religion et à sa femme, a vu ses derniers droits s'envoler avec la dictature social-démocrate féministe. Le Québec, qui était déjà un matriarcat, a donc vu la rapide victoire du féminisme avant 1989. Ensuite il y a eu le ressac Marc Lépine et on a cessé de rire. Mais le fait majeur, c'est l'absence de vrai nationalisme qui explique pourquoi personne ici ne s'est opposé au féminisme à ses débuts. Le Québec est simplement un endroit où l'on vit, et personne ici n'est prêt à mourir pour la patrie ou à se sacrifier: c'est ''le confort et l'indifférence''.


C'est sur ce fond historique que Marc Lépine devient un révélateur de beaucoup de choses. Le Québec est l'endroit où le féminisme s'est rendu le plus loin, avec à peu près aucune opposition avant 1989. Après, les groupes antiféministes se sont structurés, mais ils sont loin d'avoir aujourd'hui la force organisationnelle de leurs cousins Anglais ou Américains. En fait, les masculinistes québécois ont un impact et une efficacité surtout par leur résistance passive au changement. Les femmes d'ici sentent bien que les hommes ne les aiment pas. Pourquoi le féminisme québécois est-il donc en perte de vitesse alors? Le masculinisme n'est pas bien organisé ni très fort ici, alors quoi?


NON VIOLENCE ET RÉSISTANCE PASSIVE


Tout d'abord, sans se concerter, les hommes d'ici ont fait leur la résistance passive de Gandhi, et appliquent une grande force d'inertie par leur cynisme et leur désengagement. Ils refusent d'aider, de bouger; pire, ils refusent d'écouter et toute possibilité de collaboration et de dialogue. Les féministes elles, ont pris de l'âge et elles souffrent de solitude. Ce qui les désarçonne, c'est que même lorsqu'elles voient les hommes souffrir de la même solitude qu'elles et tentent un rapprochement, ceux-ci s'éloignent maintenant, ne semblent pas intéressés, ne font pas confiance, etc... Après des années, et même des décennies de militantisme, ce qui leur fait mal est de voir le fossé qui s'est créé et que l'autre côté n'est pas prêt du tout à pardonner. Mentionnons en terminant qu'il est très difficile de s'opposer avec succès au féminisme québécois, car sa mainmise est telle que quand on parle un peu fort on peut se voir accusé de crime d'opinion. D'ailleurs plusieurs des principaux média, comme Radio-Canada, constituent d'ailleurs un véritable matriarcat de l'information.


En résumé, le Mal Québécois, c'est une société en perte de vitesse tout simplement. Avec la dénatalité, le Québec, c'est foutu. En fait, ''Le Déclin de l'Empire Américain'', c'est celui du Québec. L'historien Britannique Arnold J.Toynbee croyait en la survivance du fait français en Amérique, il prédisait que les ''French Canadians'' survivraient à tous les changements et cataclysmes de la planète, à cause de leur haut taux de natalité et leur ardente foi chrétienne. Comme il s'est trompé. Mais il ne pouvait connaître l'avenir: la Révolution Tranquille, la dénatalité (ou disparition tranquille) et Marc Lépine (un peu moins tranquille celui-là, je vous l'accorde). Une bonne chose avec la dénatalité cependant, on va aussi voir disparaître tranquillement le féminisme le plus virulent de la planète; une bonne nouvelle pour certains.


PLEUREUSES INC.

Le vrai masculiniste aujourd'hui est en faveur de l'avortement (moins d'enfants veut dire moins de futures féministes pour ces gars: un enfant de moins, c'est une féministe de moins, et c'est toujours ça de pris, ou encore c'est un homme de moins qui ne se fera pas exploiter plus tard). Si le féminisme a détruit beaucoup de familles, les gars, eux, n'ont aucunement l'intention de réparer les dégâts. ''Les féministes veulent détruire la famille, on va les aider... à la détruire complètement'': voilà ce que pensent ces gars. D'ailleurs le Québec n'est pas un peuple ou une nation, c'est devenu un groupe de familles monoparentales. Saviez-vous que le 6 décembre, Marc Lépine Inc, a maintenant un chiffre d'affaire de 3 milliards de dollars? C'est rendu que le Polytechnique des Pleureuses inc. fait des profits supérieurs à ce que faisait General Motors dans les années 1970s. En fait, Pleureuses Inc. serait dans le TOP TEN du monde des affaires québécois.


Le seul espoir pour l'Occident serait une victoire de l'Islam. Nos sociétés trop permissives ont donné le pouvoir au féminisme par des lois injustes, mais attention les hommes contre-attaquent. C'est en sabotant leur propre société et en favorisant une victoire de l'Islam que les hommes vont gagner. Ceux qui combattent en Irak et en Afghanistan ne font que retarder l'inévitable, ils ne font que défendre le féminisme institutionnalisé d'ici et ses privilèges. Laissons les Islamistes gagner, c'est en détruisant notre propre société que nous la sauverons, tout comme ce général Américain au Vietnam qui disait: ''il a fallu détruire la ville pour la sauver''. C'est d'une logique limpide (pour un vrai masculiniste évidemment), et c'est du Milton tout craché.


CLAIREMENT LE QUÉBEC EST MALADE. VOUS NE CONNAÎTRIEZ PAS UNE AMBULANCE ASSEZ GRANDE POUR AMENER TOUTE UNE PROVINCE À L'HÔPITAL?

John Gisogod

2 comments:

  1. « L'historien Britannique Arnold J.Toynbee croyait que les ''French Canadians'' survivraient à tous les changements et cataclysmes de la planète, à cause de leur haut taux de natalité et leur ardente foi chrétienne. Comme il s'est trompé. »

    N'avait-il pas au contraire ciblé adéquatement la réalité ? Nous avons probablement le plus bas taux de natalité au monde si on exclut du calcul les enfants issus de la communauté d'immigrants. Nos églises tombent en ruine comme le reste de la société.

    Or l'église nous enseignait la morale...

    Présentement, les allégations de corruption fusent de toute part dans les médias de masse. Après le ministère des transports et l'industrie de la construction (FTQ), voilà que l'attribution des places dans les Centres de la Petite Enfance (CPE) éclabousse également le ministère de la famille.

    De généreuses contributions sont versées dans la caisse électorale par des proches du PM Charest qui en retour obtiennent de plantureux contrats avec le gouvernement. Ces contrats sont accordés à des entrepreneurs, même après qu'ils eurent plaidé coupable à des accusations formelles de collusion en vue de gonfler les montants des soumissions. Il existe une vaste collusion impliquant les mandarins de l'état, les grandes firmes de génie-conseil et les entrepreneurs en construction infiltrés par le crime organisé en vue de dilapider le trésor public. À cet aréopage s'ajoutent la mafia féministe.

    Michel Gagnon, le président de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec, est revenu récemment sur la provenance du 75 000$ versé clandestinement au PM Charest qu'il croit « ne pas être étrangère à la décision de refuser l'investigation publique ». Il ajoute sa voix à tous ceux qui réclament la tenue d'une enquête, y compris la SQ et les procureurs de la couronne. « Comme la prime de 75 000 $ provient de la caisse électorale du Parti libéral du Québec, il est légitime de s'interroger si elle peut être constituée en partie par des contributions illégales de compagnies », a-t-il plaidé.

    Il faudra garder en mémoire le fait que toute cette corruption ne saurait se matérialiser sans la complaisance du judiciaire dont les auxiliaires sont issus de nominations partisanes.

    http://www.fathers-4-justice.ca/fr/mtl/affaireCamille.shtml

    http://bisbille101.blogspot.com

    ReplyDelete